Actualités

Ce qu’a réalisé l’Italien Emanuele Gaudiano samedi soir à Tetouan, première étape du Morocco Royal Tour, était prodigieux, avec sa bonne jument Carlotta 232, « a marqué » à trois reprises, trois victoires dans le même concours avec la même jument, sans compter un quatrième succès plus tôt dans la journée avec Quinn Van De Heffinck, son autre cheval.
 
Pour remporter ce « Winning Tour », également qualificatif pour le Grand Prix de dimanche, il s’agissait d’abord de terminer parmi les dix premiers d’une première manche assez compliquée. Puis revenir en piste pour une deuxième manche, cette fois-ci contre la montre. Un jeu où Carlotta a montré qu’elle était particulièrement experte depuis jeudi… permettant donc à son cavalier de signer sa quatrième victoire du jumping, un exploit rare : « Non, corrige Emanuele, avec de bon chevaux, c’est facile (rires). Cela m’est déjà arrivé cette année, à Hagen, en Allemagne, où j’ai gagné quatre grosses épreuves et Carlotta en avait gagné deux dont le Grand Prix ». Mais si c’est Carlotta qui a permis à son cavalier de se qualifier, haut la main, pour le Grand Prix de dimanche (15H00), ce n’est pas elle qui prendra le départ de la plus prestigieuse épreuve du concours. : « Oui, elle en a terminé ici, elle a gagné trois épreuves, cela lui suffit. Je vais monter Quinn, le cheval qui a gagné cette quatrième épreuve, il est tout nouveau et ce sera son premier Grand Prix ».
Si Gaudiano porte l’uniforme prestigieux des Carabiniers italiens, c’est en Allemagne qu’il a choisi de s’établir, dans ses propres écuries, près de Bonn, pour être au cœur de l’activité équestre européenne, là où sont organisées les principales étapes du circuit international : « Mais venir ici au Maroc est un réel plaisir. Cela fait la cinquième fois que je participe au MRT et j’adore parce que l’atmosphère ici est particulièrement conviviale, les gens qui organisent sont adorables, toujours prêts à vous aider et les conditions  techniques sont parfaites. C’est toujours plus agréable de pratiquer son sport dans de telles conditions, cela devient plus facile de livrer de bonnes performances ». La preuve !
Le cavalier italien bat l’étonnant Jordanien Ibrahim Hani Bisharat avec Chactino et le Saoudien Abdulah Alsharbatly en selle sur le cheval français Red Star d'Argent battus tous deux avec l’énorme écart de deux secondes… Gaudiani est vraiment est allé très très vite devant des tribunes un peu plus dégarnies que d’habitude, Coupe du monde de football

Retour

Brochure
Suivez-nous
Partenaires